:: Le Commencement :: Le Forum :: Les Obligatoires Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

2. LE CONTEXTE

avatar
Messages : 93
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 17 Jan - 16:58


Contexte



L’archipel du Coeur des Bermudes. Ce lieu, légendaire pour nous autres humains, où se perdent navires et avions un peu trop aventureux existe bel et bien. L’archipel se cache des humains derrière une barrière invisible et qui ne laisse rien ni personne entrer ou sortir - à part quelques animaux marins et volants ainsi que les carcasses des avions et bateaux venant de connaître leur perte.

De l’autre côté de cette barrière se cache une société à part entière qui a grandi et évolué à l’écart des humains depuis plusieurs centaines d’années. Une société menée d’une main ferme par un groupe d’individus connu comme « Le Conseil », qui s’apparente à l’idée que l’on se fait d’un gouvernement chez nous, en quelques sortes.

Chacun des douze membres de ce conseil appartient à une lignée, une famille quasiment noble, chacune d’entre elles encore se partageant l'entièreté de l’archipel. Enfin, entièreté. Cela serait vrai si l’on ne tenait pas compte de la capitale.

Daunae, capitale de l’archipel, est la dernière terre de l’île a être principalement neutre, à quelques détails près. Ville d’avenir pour la plupart de la jeunesse bermudienne ainsi que le premier point de concentration culturel de l’île, beaucoup de personnes partent s’y installer avec l’espoir d’une vie trépidante au sein de la seule vraie mégalopole de l’archipel.

Mais l’ambiance si particulière de Daunae n’est pas la seule raison pour laquelle la population tend à y migrer. Le complexe scolaire de Xényla, comportant un lycée et, depuis peu, une université est l'une des raisons principales pour lesquelles les populations, et principalement les jeunes, se déplacent jusqu’à Daunae. Fierté académique de l’île et création d’un membre du Conseil, Xényla surpasse toutes les autres écoles, autant en terme d’enseignement que de résultats. Bien sûr, l’accès n’y est pas offert à n’importe qui, mais le prix en vaut la chandelle, paraît-il.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 93
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 17 Jan - 16:58


Anciennes Intrigues


Ce qu’il s’est passé ces quatre dernières années...

Les Astrals et les Destinés.
Passions, Libertés, Origines, Evasions, Processus... mais aussi Destinés et Astrals. Si ces deux classes ne vous évoquent rien, c’est parce qu’elles ont vécu dans l’ombre, recluses dans un bâtiment vieillissant et dont l’accès était proscrit à tous les autres élèves. Tout avait été préparé par Mr Le Principal pour que l’entrée en scène de ces deux classes soit fracassante, et qu’elle amène conflits et anomisité entre les élèves. Sous l’annonce de cette nouvelles, les autres classes et notamment leurs délégués n’avaient eu d’autres choix que d’accepter les faits, sans avoir le droit de rechigner.

La première vague de Bug.
Funeste jour que celui où le premier Bug est arrivé. En un instant, une partie de la population avait disparu sans laisser de traces, pour ne jamais réapparaître. Tout le monde était touché, du dernier péquenaud de Baramie jusqu’aux membres les plus importants des clans. Le tout, sans qu’on y trouve une explication. Ce mal inconnu avait notamment scellé l’avenir de la classe Astral, qui été totalement anéantie par le bug, ainsi que celui de la classe Destinée, les quelques survivant voyant alors leur classe fusionner avec celle des Evasions.

Le jeu de conquête.
Pas assez d’action. Le manque presque de total de combat en l’enceinte du lycée déplaisait fortement à Mr Le Principal. C’est pourquoi, un beau matin, il a convié tous les élèves du lycée, prêt à leur annoncer que leur vie bien tranquille allait sûrement changer. Chaque classe s’est vue attribuée des territoires parmi les différents lieux du lycée, chacun correspondant à une clef. Ces clefs étaient ensuite distribuées parmi les différents membre d’une classe qui n’avaient alors qu’un seul objectif : la protéger à tout prix des autres classes. En effet, chaque classe devait récupérer un maximum de clefs des mains des autres élèves pour pouvoir se prétendre gagnant du jeu. Aucune date de fin n’avait été annoncée ce jour-là, probablement pour jouer un peu plus avec les nerfs des élèves.

Dérives.
Il fallait s’y attendre, certains diront. Ce jeu imposé par Mr Le Principal à des adolescents était voué à finir en catastrophe. Ce fut un élève de la classe Liberté qui se retrouva à commettre l’irréparable ; tuer un élève de la classe Passion qui était persuadé qu’il possédait une clef, ce qui n’était pas le cas. Cette nouvelle résonna longtemps, autant entre les murs du lycée qu’entre ceux de la capitale tout entière. En ville, on haïssait Mr Le Principal pour avoir poussé ses élèves à s’entre-tuer et ont craché sur ceux qui portaient l’uniforme du lycée. A Xényla, la classe Liberté était devenue le chat noir, prête à rendre ses clefs comme une excuse, ou plutôt comme un abandon. Pendant ce temps, Mr Le Principal était resté campé sur ses positions, considérant ce meurtre comme une simple erreur, et ne trouvant même pas utile de mettre un terme au jeu des clefs pour le moment.

A présent, le jeu des clefs s'est terminé avec l'année 2017. Les Evasions, grand gagnants du jeu, auront dès à présent le droit à de nombreux privilèges. Cependant, les Passions se retrouvent exilés dans les sous-sols du lycée ; c'est ce dont parlait Mr Le Principal lorsqu'il disait, deux ans plus tôt à l'ouverture du jeu, "vous n'avez pas intérêt à perdre".
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 93
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 17 Jan - 16:58


Intrigue


Disparitions

« Merci de suivre les dernières nouveautés sur BN TV ! Tout de suite nous retrouvons notre envoyé spécial Ridley Nicchi en direct de l’Hôtel de Ville où le porte-parole du Conseil est sur le point de communiquer les dernières informations par rapport aux étranges disparitions qui ont frappé l’île. »

L’écran de la télévision change soudainement de décor, dévoilant un homme dans la quarantaine, micro près de la bouche, air inquiet sur le visage. A l’arrière-plan, on devine des dizaines de personnes amassées contre les portes de la mairie, prêtes à forcer le passage si les forces de police n’étaient pas là pour les retenir.

 « Bonjour, ici Ridley Nicchi en direct de l’hôtel de ville ! Comme vous pouvez le voir, l’ambiance est un petit peu tendue mais bientôt nous aurons, si le Conseil tient ses promesses, toutes les réponses dont nous avions besoin par rapport aux disparitions qui frappent l’archipel depuis quelques temps. »

L’amas de bermudiens aux portes devint d’un coup plus bruyant, forçant le journaliste à se retourner, le coupant dans son énoncé. Ce n’était qu’en se retournant de nouveau qu’il avait compris la raison de cette soudaine émeute ; le porte-parole du Conseil était arrivé, prêt à donner toutes les informations dont il disposait. Toutes les caméras se tournèrent vers le jeune homme à peine arrivé. Celui-ci inspira, captant toute l’attention.

« Bonjour, cher peuple ! Je suis Le Porte-Parole du Conseil, et je viens vers vous avec les réponses que vous cherchiez. Sachez, Bermudiens, que le Conseil n’a absolument rien à voir avec les disparations qui ont touché notre magnifique archipel. Une enquête a été menée et tous les membre du Conseil ont pu être innocentés. » Il marqua une pause, avant de reprendre d’un ton grave. « Nous sommes donc à la recherche d’une piste qui pourrait nous aider à élucider ce mystère. Je fais appel à vous, concitoyens, et à votre volonté à nous venir en aide ; si vous remarquez quoi que ce soit de suspect, si vous avez ne serait-ce que la plus petite information quant à ce qui pourrait causer ces disparitions, veuillez nous en informer au plus tôt. Un numéro d’urgence sera mis à la disposition des populations dans quelques minutes, merci de passer par celui-ci pour nous faire part de vos informations. Egalement, je me dois de vous informer qu'un couvre-feu sera instauré dès ce soir à 21h30 et restera en place jusqu'à la résolution de cette affaire. Bien évidemment, la police est autorisée à effectuer fouilles et arrêts sur toute personne leur semblant suspecte. Sur ce, je vous souhaite à tous, amis bermudiens, une bonne journée, ainsi que du courage à toutes les personnes qui ont été touchées par ces terribles événements. »

Et sur ces mots, le Porte-Parole s’en alla. Si l’assemblée resta muette un instant, on avait vite pu entendre à nouveau la population hurler leur mécontentement quant aux « informations » qu’ils venaient de recevoir. On leur avait promis des réponses, mais tout ce qu’ils venaient d’avoir n’était qu’un malheureux appel à l’aide.

Ce communiqué bref de la part du Conseil n’avait fait qu’enrager la population. Entre ceux qui pensaient que le Conseil leur mentait pour couvrir l’une de leurs expérimentations, ou bien ceux qui pensaient qu’il s’agissait de nouvelles vagues, moins violentes, de bug qui ravageaient l’île, le peuple bermudien commençait à en avoir assez qu’on ne leur explique jamais clairement ce qu’il se passait sur leur île. Et cet énervement des foules allait probablement très vite se faire ressentir dans les rues - et ce, pas seulement dans celles de la capitale.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LCDB :: Le Commencement :: Le Forum :: Les Obligatoires-
Sauter vers: