:: Daunae :: Quartier Sud :: Quartier résidentiel :: Maison Malatesta Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Adieu, mon amour {ALEXEI}

avatar
Messages : 28
Age : 24
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 16 Fév - 20:51

L'heure est grave mes amis. Préparez vos mouchoirs et vos habits noirs avant qu'il ne soit trop tard. Ne soyez pas trop triste et songez aux moments que nous avons partagé. Je vous chérirais au plus profond de mon coeur. Dites à Sekai que je l'aime et que je lui lègue toute ma collection de vêtements et de chaussures, qu'elle grandisse en bonne santé et devienne une magnifique jeune femme. Rapportez une couverture à Maria, il m'a signalé lors de ma dernière visite qu'il avait un peu froid. Prenez soin de lui, il semble un peu dérangé mais c'est quelqu'un de bien. N'envoyez rien à ma famille, les Malatesta ne méritent pas votre attention. Et Alexei. Prenez en soin également. C'est un homme en or qu'il est nécessaire de chérir. Il sait prendre soin des autres et puis, soyons honnête, il est très très bien fichu. Seulement, ne laissez pas Kristal le consoler. Je ne saurais dire où cela pourrait nous mener mais pas à quelque chose de bien.

Pour ce qui est de la maison et de mon héritage, tout revient à Sekai et Alex. Ils y feront attention et, au moins, je pourrais partir en paix, en sachant qu'ils garderont un toit sur la tête. Si Sekai veut un petit chien ou un petit chat, achetez-lui. Cette enfant est bien trop adorable pour qu'on lui refuse une quelconque chose. À vous tous, sachez que vous resterez dans mon coeur à jamais. Je veux être enterrée dans une jolie robe rose de princesse. Et si possible, faites que les fleurs soient des lys avec quelques roses. Et surtout pas d'encens, ça m'assèche la peau. Adieu, bermudiens, je m'éteins du haut de mes 24 hivers. Si jeune mais si belle, finalement, c'est bien de mourir dans la fleur de l'âge. Sur cet oreiller, je vais rendre mon dernier soupir. Adieu. Adieu, je m'en vais rejoindre l'Unique.

« Alexei ? » La voie rauque à cause de cette toux ravageuse, je tente d'appeler mon copain pour qu'il m'aide. Par les fesses de l'Unique, pourquoi la fièvre me donne si mal à la tête. Je n'en peux plus, qu'on m'apporte quelque chose pour calmer cette chaleur. Et puis cette sueur qui imprègne les draps, je ne la supporte plus. « ALEX ! » En plus il me fait crier alors que je vais mourir bientôt. Oh, Alex, je t'en prie, viens à mes côtés. Ne me laisse pas affronter la mort seule. Les larmes aux yeux, je laisse tomber ma tête sur le côté et observe cette porte, attendant qu'elle s'ouvre pour laisser place à mon prince charmant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 17
Age : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 18 Fév - 23:21
Je crois que la seule chose dont je suis le plus sûr là de suite, c’est que je suis absolument déconcerté par les écritures des médecins. Je me retrouve obligé d’envoyer l’ordonnance à Kristal pour comprendre le message en pâte de mouche de notre médecin. Pourquoi ils ne savent pas écrire comme tout le monde ? Est-ce que les profs ont une manière d’écrire particulière ? Non, alors pourquoi ils s’amusent à ça ? Ça doit être un kiff perso, juste pour rire entre collègues. Qui me dit qu’ils ne se balancent pas des petites blagues sur l’ordonnance à l’adresse du pharmacien ?
En voyant la réponse de la demoiselle, j’ai beaucoup de mal à savoir si ma théorie s’avère vérifiée ou si elle ne veut tout simplement pas coopérer. Et ma belle qui hurle parce qu’elle s’impatiente. Excuse-moi de ne pas comprendre ce qu’ils tentent de me faire rentrer dans le crâne. Je ne suis qu’un homme après tout, qui plus est, je suis le préfère partir du principe que les médicaments ne nous aident pas. Je suis de la vieille école, celle où on guérit sans l’aide de toutes ces conneries. Finalement, Kristal s’est décidée à m’envoyer la traduction mot pour mot de la feuille. Juste à voir les noms des médicaments j’en ai mal à la tête. Et dire que quelqu’un est payé pour donner des noms à ces trucs.
« ALEX ! » Ça, c’est le signe que j’ai intérêt à me dépêcher, sans quoi je risque de passer un mauvais quart d’heure. Parce qu’il faut le savoir, cette femme, même shooté par la maladie est une véritable bombe à retardement, elle reste redoutable peu importe le moment. Le pire dans tout ça, c’est que j’ai l’impression qu’elle en fait trop. C’est qu’une grippe enfin, on a vu pire !

Je cours dans la chambre pour voir l’étendue des dégâts. Qu’est-ce qui pourrait bien lui convenir ? Que je retape son oreiller, que je lui apporte une soupe, un verre d’eau, ses médicaments ou même simplement que je lui tienne compagnie le tant que la maladie arrête de la clouer au lit ? « Oui chérie ? Je peux faire quelque chose pour toi ? Tu veux que je t’apporte des médicaments ? » Je regarde la montre à mon poignet. « Tu pourras les prendre dans dix minutes. »
feat. Miranda Malatesta ▲ dialogue forestgreen


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 28
Age : 24
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 27 Fév - 20:27

Pourquoi ne vient-il pas ? Pourquoi me laisse t-il gésir ici, à attendre la mort ? Oh l'Unique ait pitié de moi, abrégez mes souffrances. Achevez-moi ou guérissez-moi mais trouvez une solution à ma douleur. C'est affreux. Rien ne me donne envie. Même l'idée d'un verre d'eau me révulse. Et pourtant. Pourtant il faudrait que je m'hydrate pour apaiser ma gorge endolorie à force de tousser. Il faudrait aussi que je reprenne des forces en mangeant mais impossible. Mon sens du goût a disparu. Je ne suis qu’un corps à moitié mort. Au loin, j’entends les pas d’Alexei sur le sol. Il semble courir, quel amour cet homme. Jamais je ne trouverai mieux en ce bas monde. Ah, j’ai eu tord de le laisser à ce moment-là. Dire qu’il m’a fallut être séparé de lui pour comprendre son importance dans ma vie. Il a tout donné pour moi et en retour, je ne lui ai montré que de la jalousie. Je vous promets, Grand Unique, de le chérir jusqu’à la fin de mes jours si vous me laisser surmonter cette épreuve. J’en prendrai soin chaque matin, midi et soir. Je lui préparerai les meilleures quiches que j’ai jamais fait et je lui masserai même les les épaules après une dure journée de travail. Soudain, il entre. Il vient à moi. Oh délivrance ultime, il se tient là, à mes côtés. Je pourrais presque en pleurer de joie.

« Oui chérie ? Je peux faire quelque chose pour toi ? Tu veux que je t’apporte des médicaments ? » Non, non pas de médicaments. Juste lui. Juste lui et sa douce présence qui me réconforte à tout moment. Je lui adresse un sourire fiévreux et tends ma main pour attraper la sienne. Je m’excuse pour sa moiteur mais je n’y suis pas pour grand-chose. « Tu pourras les prendre dans dix minutes. » Je tente de secouer la tête avant de fermer les yeux. La pire idée que je n’ai jamais eu. Qui a inventé le mal de crâne franchement ? Je serre les dents avant de parler ou plutôt chuchoter à Alex : « Pas de médicaments… Juste toi. » Oui toi. Mon sourire est sincère quand je l’ai près de moi, c’est le meilleur des remèdes sans même qu’il ne le sache. « Tu peux m’éponger le front s’il te plaît ? » Les gouttes de sueur commencent à me gêner et puis juste, c’est vraiment pas agréable. Mais vraiment cette grippe, je la hais. Si encore ce n’était qu’être clouée au lit, je pourrais l’accepter. Sauf que non, le mal de tête qu’elle me laisse m’empêche même de pouvoir ouvrir les yeux pour observer Alexei s’occuper de moi avec diligence et amour. C’est frustrant quand même. « Alex… Tu sais que je t’aime, pas vrai ? » J’ai envie qu’il le sache, qu’il le sache jusqu’à ce que ce soit encré en lui. Cet homme est le mien et je l’aime plus que tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 17
Age : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 29 Mar - 11:35
On peut en dire ce qu’on en veut, mais la médecine n’a fait que s’améliorer depuis plusieurs années. Je me demanderais presque dans quel état pourrait être ma douce sans la belle dose d’antibiotiques qu’elle doit ingurgiter depuis qu’elle est malade. C’est-à-dire qu’actuellement, j’ai l’impression de voir une véritable éponge. Elle est molle, même si elle crie, je la sens plus calme que d’habitude, plus douce, le surnom que je lui donne en tant qu’amant prend enfin son sens. Ma douce est complètement à plat, comme une batterie qu’on aurait trop longtemps chargée et qui ne tiendrait plus la charge.
« Pas de médicaments… Juste toi. Tu peux m’éponger le front s’il te plaît ? » Ce serait presque amusant qu’elle parle d’éponge après ce que je viens de dire, mais le fait qu’elle soit clouée au lit n’aide pas la blague. Je m’exécute, récupérant la serviette posée sur la commode pour retirer les gouttes qui se sont frayer un passage jusqu’au front de ma belle. Elle garde les yeux fermés, et si quelqu’un regardait la scène de loin, il pourrait se croire dans une série télévisée où l’une des héroïnes perd la vie, pour donner une raison au héros de se battre et d’affronter le monde. Je ris de la situation, mais je crois que c’est aussi pour dédramatiser la situation. Même si on pourrait croire le contraire, je suis bien touché par ce qui lui arrive.
« Alex… Tu sais que je t’aime, pas vrai ? » Je hoche la tête, avant de me rendre compte qu’elle a toujours les yeux fermés et qu’elle ne peut donc pas me voir. « Je le sais. Moi aussi je t’aime. » Je veux bien lui donner tout le courage du monde, pourvu qu’elle finisse par réduire cette vilaine grippe à l’état de cendre. Oh. Question bête, est-ce que l’acide qui lui sort des doigts pourrait traverser ses vaisseaux sanguins et brûler ses différents maux ? Je lui ferais part de cette question quand elle ira mieux, je ne suis même pas sûr qu’elle soit en état de contrôler ses pouvoirs dans l’instant.
« Tu devrais peut-être te reposer, le médecin a dit qu’il fallait laisser le temps à ton corps de s’occuper de guérir. » Elle n’en peut plus de rester au lit, à ne rien pouvoir faire. Au-delà du fait d’être malade, c’est une femme toujours active et là, ça réduit juste toute ambition au silence, puisqu’elle ne peut pas bouger le petit orteil.
feat. Miranda Malatesta ▲ dialogue forestgreen


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LCDB :: Daunae :: Quartier Sud :: Quartier résidentiel :: Maison Malatesta-
Sauter vers: