:: Daunae :: Quartier Ouest :: Stations de métro Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Him & I ▬ Léo

avatar
Piama Hennig
Grade IV
Messages : 32
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Fév - 0:05
In the end, it’s him and I
He’s out his head, I’m out my mind
Merci, merci infiniment. Je ne te remercierais jamais assez de m'avoir fait découvrir une personne comme lui. Mon amie, je te garderais toujours dans mon cœur pour m'avoir fait rencontrer ce beau brun ténébreux. Mon cœur palpite à chaque fois que j'entends son nom, je veux être auprès de lui pour toujours. Il est, je pense, mon grand amour. Je ne trouverais jamais quelqu'un comme lui. Je l'aime fort.

Ma nuit je l'avais passée avec mon amie. Il fallait absolument que je la vois au plus vite. J'en avais le besoin. Alors, je lui ai gentiment proposée de me rejoindre dans mon appartement. On avait passé la soirée à manger des glaces devant des séries, mais surtout à parler de mon coup de cœur. Ouais, parce qu'il faut savoir que c'est grâce à cette fille que je l'ai rencontrée. À la base, on devait passer voir le petit ami d'une copine en soirée et repartir entre filles à la maison. Au final,j'ai passée le début de soirée à relooker un garçon plutôt.. Comment le décrire? Sublime? Magnifique? Sexy? Merveilleusement beau? Je n'avais pas de mot. Mon amie m'avait pratiquement jeter dans ses bras et ça ne lui avait pas réellement déplu je dois dire. On avait beaucoup discutée et je m'étais accrochée à lui. Sa façon de parler, sa voix, ses expressions.. Trop badass. Pourquoi dois-je toujours être attirée par les vilains garçons? Bien qu'il ne le soit pas réellement, seulement dans son habitude, jusqu'à présent.

Parlons peu, parlons bien, parlons du brun. Je l'avais revu plusieurs fois, mais sans plus. Il n'était pas réellement tactile avec moi et ne montrait pas autant d'attention comme je pouvais en avoir pour lui. J'avais finalement eu son numéro de téléphone. Le harcelé? Non, ce n'est pas du tout mon genre.. Enfin, je pense. Il est vrai que depuis un certain temps, bah il ne répond plus à mes messages. Je l'ai peut-être un peu trop saouler?

Mon amie m'avait conseillée de l'appeler, mais c'est impossible pour moi. Entendre sa voix au téléphone doit le rendre encore plus badass, je m'évanouirai de suite. Oublions cette idée. Elle m'a donc proposée d'aller directement à sa rencontre. Ouais, je l'avais déjà fait auparavant. Lui rendre visite après les cours c'était un petit rituel, mais je n'étais jamais vraiment seule, il y avait toujours deux trois copines qui m'accompagnaient. Là, elle m'avait proposée toute autre chose. Aller à sa rencontre à son encontre. Il ne sera au courant de rien et sera obligé de me voir, même de rester avec moi. C'était un bon plan.

Je stresse, je stresse complètement. Il n'y avait pas grand monde dans le métro. Ouais, il faut savoir que j'ai dû prendre le métro pour aller à la rencontre de Léo. Il avait terminé les cours à cette heure-ci et mon ami m'avait dit qu'il allait souvent rendre visite à sa maman à l'hôpital. Elle avait été mise au courant par son ami qui connaissait très bien Léo et qui lui avait dit qu'il se rendrait en fin d'après-midi à l'hôpital. C'était le bon moyen pour le voir, malgré que je me sente assez mal.. Cela aurait été mieux dans un autre contexte.

J'avais prit du temps pour me préparer. Un peu de maquillage, les cheveux détachés, retombant sur mon grand pull blanc à colle rouler, rentrer dans ma jupe blanche écossaise, de simples bottes beiges avec un sac à main au bras (clique) et j'étais prête. Pour certaine personne, cet accoutrement est plutôt trop vulgaire. Pour d'autres c'est chic et classe. Pour moi et bien, c'est ainsi que je m'habille. La mode, une grande passion.

Mon regard se perd. Je ne sais plus où donner de la tête. Je ne le trouve pas. J'avais pourtant prit la bonne station de métro. Aller s'il te plait, montre toi Léo.. J'ai tellement besoin de te voir, entendre ta voix.. Le stress se ressent, l'adrénaline elle aussi, commence à grimper. Je me frotte alors les mains tout en m'apercevant que je n'ai même pas mit mes gants. Zut, j'ai eu beaucoup de chances de n'avoir touché personne depuis tout ce temps. Je les enfile rapidement avant de soupirer. Je pense sincèrement qu'il ne viendra pas..

Faisons demi-tour. Le métro n'avait pas encore fermée ses portes, alors j'avais encore le temps de sortir. Je tourne mon talon et me retrouve nez à nez avec.. Le beau brun. Il était là, devant moi. Je pensais le prendre par surprise, mais là, c'était plutôt moi qui avais été surprise. J'en perds même ma voix, je ne sais plus quoi dire. Je dois faire quoi là? Mon cœur s'emballe. Un simple petit sourire gêné se dessine sur mes lèvres alors que je lève ma main comme pour lui fait un signe.

▬ Hey.. Comme le hasard fait bien les choses.

Ma voix était douce et aussi tendre qu'une mélodie. J'étais gênée et stressée par sa présence, au final. J'étais quand même très contente de le voir enfin en face de moi..



  all the kids cried out: "Please stop, you're scaring me" I can't help this awful energy. Goddamn right, you should be scared of me, Who is in control ? - BANGERZ
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Léo N. Abberline
Délégué - Grade V
Messages : 29
Age : 18
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 3 Mar - 10:20
Le temps du cours de mathématiques, il garde la tête reposée contre sa table, son bureau comme son professeur ne cesse de lui répéter. Les yeux dans le vague, un écouteur coincé dans son oreille. Il ne tente même plus de comprendre ce qui se déroule devant lui. Depuis le début de la séquence, les connaissances qu’il a acquises se résument à approximativement à rien. De toute façon, pourquoi batailler quand le résultat est le même ? Il sait qu’il va foirer le prochain devoir que le professeur donnera, qu’il ait appris ou non.
Quand on lui demande s’il est capable de répondre à l’équation au tableau, il relève légèrement la tête, faisant mine de s’intéresser un minimum au problème et fini par hausser les épaules. La sonnerie retentit dans toute la salle. Sauvé par le gong, connard. Il se lève, attrape son sac à la volée, pas besoin de ranger ses affaires dedans, puisqu’elle sont resté à l’intérieur pendant toute l’heure, et sort. Dans les couloirs, tout le monde se bouscule, ce sera à celui qui passera le premier. Les singes viennent de sortir du zoo. Il se faufile entre les coups d’épaules, les bousculades. La jungle.
Il s’empresse de sortir du lycée, et court à travers les rues. Le métro ne l’attendra pas, et les heures de visites de l’hospice ne sont pas extensibles, surtout depuis la mise en place du couvre-feu, ils se méfient de plus en plus, logique. Alors il fonce, ne fait pas attention à ce qui l’entoure, bouscule une ou deux personnes sans s’excuser, il n’a jamais manqué une seule fois la visite hebdomadaire et aujourd’hui ne sera pas la première fois.

Il dévale les escaliers et arrive finalement dans le métro. Les portes se referment juste après son arrivée. L’Unique sait qu’elle chance il a eu d’entrer à temps. Ses perles ambrées se ferment, tandis qu’il soupire. « Hey.. Comme le hasard fait bien les choses. » Cette voix lui dit quelque chose, alors il rouvre les yeux, les poses sur la personne en face de lui. En entrant, il n’avait pas fait attention à qui lui faisait face, mais elle devait le suivre, ce n’est pas possible autrement. « Ouais, le hasard. »
Il se tient à la rambarde en énumérant mentalement les raisons pour laquelle il voulait la fuir. Premièrement, c’est un problème pour lui. Elle est collante, bavarde, à la limite du harcèlement, si on compte le nombre de message qu’elle lui avait envoyé rien qu’au cours de la dernière semaine, et ce, alors qu’il ne lui répond pas. Il pourrait lui envoyer bon nombre de messages pour lui faire comprendre de dégager de sa vie, rien n’y ferait. Deuxièmement, la première raison était tout à fait suffisante.
Parfois, le canidé se demande qu’elle raison avait bien pu le pousser à lui laisser son numéro, et à lui demander son prénom, par la même occasion. Il lorgne sans vergogne sur elle, et la raison lui revient tout naturellement en tête. Comme d’hab. Le temps de regarder le wagon, il repère une place seule inoccupée à côté d’une personne âgée et en face d’un couple. Il se dirige vers cette place, s’assied sans demander son reste, repositionne ses écouteurs dans ses oreilles et augmente le son. Pas question qu’elle m’adresse la parole, bordel. J’espère juste qu’ils ne vont pas partir de sitôt, sans quoi je vais avoir un petit problème, là ils sont comme qui dirait un très bon moyen de fuite, pas question de le perdre si vite. Juste huit stations, c’est tout ce qui me sépare de l’hospice, purée. Allez bouge-toi le cul le métro !
feat. Piama Hennig ▲ dialogue lightcoral ▲ HRP: Sorry pour la qualité :c


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Piama Hennig
Grade IV
Messages : 32
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Mar - 15:13
In the end, it’s him and I
He’s out his head, I’m out my mind
Il était enfin devant moi. Qu'est-ce qu'il était beau. Plus les jours passaient et plus je me voyais avec lui. Pourtant, je ne le sentais pas aussi impliquer dans notre relation. On ne sort pas ensemble, non, je n'ai jamais dit ça, mais pour moi c'était tout comme. Mouais, plutôt une relation à sens unique serait plus exact.

Je pose une main contre ma poitrine, histoire de calmer le rythme infernal des battements de mon cœur. Je ne m'attendais pas du tout à le voir surgir ainsi devant moi. Ma surprise était finalement ratée. Mais il y avait pire que ça. Le brun n'avait pas l'air d'être bien content de me voir. Pourtant, je n'avais rien fait de mal. Je creuse un peu dans ma mémoire, essayant de chercher ce qui aurait pu le contrarier. Non rien, je n'ai absolument rien fait de mal qui aurait pu le mettre en rogne contre moi. Mais alors, pourquoi il ne répondait pas à mes messages? Et pourquoi il n'arrive même pas à me saluer? Je ne suis pourtant pas un objet pour que l'on m'évite de la sorte. Même un chien aurait plus de succès que moi.

Il était froid, voir glacial. Je le regarde s'éloigner, se posant à une place sans même me la proposer. Vive la galanterie chez lui. Bon, c'est ce que j'aime aussi chez lui. Un soupire s'échappe d'entre mes lèvres alors que je passe une main dans ma nuque. Que faire dans cette situation? Le laisser tranquille serait la meilleure des solutions, mais j'aurai fait tout ça pour rien. Je suis venue pour le voir, alors autant mettre les choses au clair avec lui. Oh non je ne peux pas.. Et s'il me dit quelque chose de méchant, je risquerai de pleurer devant tout le monde, grosse honte. Mais il le faut, je dois savoir pourquoi il fait la moue. Tout se bouscule dans ma tête, mon petit ange s'embrouille avec mon petit démon.

Il faut que j'agisse et rapidement. Je n'ai pas réellement le temps et je pense qu'une occasion comme celle-la, je n'en aurai pas d'autre. Je pose mes majeurs sur mes tempes, caressant ces dernières avec de petits mouvements circulaires. Ceci m'aide à me concentrer sur ce que je dois faire alors qu'il y a du bruit autour de moi. Un nouveau soupire s'échappe. Je prends mon courage à deux mains et m'avance prêt du beau brun qui était déjà assise à sa place. Merde, il avait ces écouteurs. Aller, va falloir faire deux fois plus d'efforts.

Je m'accroupie légèrement entre les jambes du brun, m'agrippant même à ces dernières avec mes mains pour ne pas tomber. Il manquerait plus que ça, franchement. Que je tombe devant lui ou même sur lui. Essayons de ne pas y penser, je risquerais de me porter l’œil toute seule. Je lève le bras vers son visage et enlève délicatement l'une de ses oreillettes pour qu'il m'écoute. Ma gêne atteint son paroxysme. Je sens mes joues rosir. Dans quelques secondes,je serai pivoine, j'en suis certaine!

▬ Pourquoi tu réagis bizarrement en ce moment? Tu ne m'écris plus, tu ne réponds même plus à mes messages et maintenant, tu es distant. Je ne comprends pas, je ne t'ai pourtant rien fait.

Ouf, j'ai réussi à parler assez calmement et distinctement sans bégayer devant lui. Heureusement que j'avais prit sur moi avant de lui adresser la parole ainsi. Avec la chance que j'ai, j'aurai même pu éternuer sur lui, ou pire lui vomir dessus. Crotte, il ne faut pas penser à ça, c'est assez déstabilisant vu dans la situation où je suis. Je reste à ma position, ne le quittant pas du regard. Je veux absolument savoir si j'ai fait quelque chose qui l'aurait importuner ou même manquer de respect. Parce que je ne suis pas une personne comme ça et je m'en voudrais si c'était le cas. Je cherche à rendre les gens heureux avant de l'être. Même si parfois je ne me rends pas compte que je suis égoïste..



  all the kids cried out: "Please stop, you're scaring me" I can't help this awful energy. Goddamn right, you should be scared of me, Who is in control ? - BANGERZ
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LCDB :: Daunae :: Quartier Ouest :: Stations de métro-
Sauter vers: